Texture des anges

Afin que je puisse un jour, au bout de l’amère vision, chanter l’allégresse et la gloire sous l’approbation des anges, que nul marteau de mon cœur, si clairement forgé, ne fasse défaut sur des cordes détendues, hésitantes ou cassantes. Que mes larmes augmentent l’éclat de mon regard, que les simples pleurs fleurissent. Ô nuits d’affliction que vous me serez alors très chères. Ô mes sœurs inconsolées, que ne vous ai-je reçues à genoux, plus humblement, que ne me suis-je perdu avec plus d’abandon dans vos cheveux déliés ? Nous gaspillons les douleurs ; d’avance nous en projetons la fin dans la triste durée et nous nous demandons si elles ne vont point s’en aller. Mais elles sont notre feuillage d’hiver, notre sombre pervenche, une des saisons de l’année secrète, non seulement saison, mais place, hameau, camp, sol, demeure.

Rainer Maria Rilke, Élégies de Duino

Publié par Pier Lampás

Lutte, vagabonde, écrit dans le sud de l'Europe.

2 commentaires sur « Texture des anges »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s