Adieu Lukács

Vous, Sartre, vous ne jugez pas malque Notre-Dame ait été éclairée par ses prêtrespour cet interlocuteur amphibie ? Non ! Le peperizzo di Pressis Passe s’en va. Au bar du Port-Royal tombe l’ombre de deux heures. Non ! Il est nécessaire qu’adviennent les scandales, mais je ne me scandalise pas. Et malheur à l’homme parLire la suite « Adieu Lukács »

Tu as chanté les formes du monde lointain

Ton exclusion de toi-même d’un monde qui du reste t’excluait a été une longue ascèse, faite de nuits et de jours, où l’on rit et l’on pleure, comme des personnages naïfs d’opéras romantiques sans commencement ni fin, avec leur croix et leur délice : une longue ascèse où, au lieu de prier, tu as chantéLire la suite « Tu as chanté les formes du monde lointain »