La diritta via era smarrita

Étant à mi-chemin de notre vie,je me trouvai dans une forêt obscure,la route droite ayant été gauchie. Ah ! combien en parler est chose dure,de cette forêt rude et âpre et druequi à nouveau un effroi me procure ! Si aigre que la mort l’est à peine plus…Mais pour traiter du bien que j’y trouvai,jeLire la suite « La diritta via era smarrita »